Cliquez [ICI] pour envoyer un message,
ou bien passez par [le blog]






À propos du Vin des rebelles :

Salut Gérard,
Je rentre du Cap Vert, mon nombril chargé de soleil, le pif aussi d’ailleurs, le foie gorgé de rhum, massage aphrodisiaque à 160 euros, tourniquet breton et glougloutage de poireau assurés étaient au programme. Mon Elise n’a point voulu ! C’est donc confortablement allongé que j’ai dévoré ton livre Le Vin des Rebelles ! Je me suis régalé car j’ai connu un Cyprien à Séné qui était ton Armand avec cave secrète et tout et tout, un phénomène aimé par beaucoup, détesté par une infime minorité, il avait décidé de marier son petit gars avec un fille qui malheureusement me courait après. Elle me rattrapa un jour. Il ne pouvait me sentir à cause de ça, servait à boire à tout le monde sauf à moi ! Je l’ai trouvé un soir ivre mort allongé sur la route, je l’ai ramené chez lui, quand il m’a reconnu il m’a traité de tous les noms : Lâche-moi, lâche-moi, il criait ! À partir de ce jour je suis devenu son ami. Il mit autant d’intensité à m’estimer qu’il en avait mis à me haïr ! Il me confiait les clefs de son café en son absence, etc. Anti-clérical, il refusait l’accés au téléphone public dont il avait la charge aux curés, mais mettait un point d’honneur à porter la croix lors d’un décès. Un jour le curé modifia l’itinéraire pour accéder au cimetière qu’il fallait désormais contourner. Il refusa, criant au curé qui était derrière lui : "Moi je vais toujours par là et c’est pas toi qui me fera changer d’avis !" Il gravit seul les marches, le curé et la famille contournant le cimetière. Depuis ce jour, il ne porta plus la croix ! Malheur à celui qui le vouvoyait : "Ici, y’a pas de MSSIEU, y’a que des Maquereaux et des Marlous !" Avec les bonnes soeurs il était infect, avec les standardistes des PTT, vulgaire. Mais quand il fut hospitalisé chez les bonnes soeurs, il était doux comme un mouton, c’était "oui ma soeur, bien ma soeur". Quand je lui rendais visite, il disait "faut ètre poli avec ces gens-là". Aux standardistes, il offrait un plateau de fruits de mer. Plus rien à voir avec celui qui les traitait de putains, salopes au téléphone. Tous les samedis les gars venaient se faire couper les cheveux chez lui par un coiffeur venant à moto de Vannes. Ce coiffeur buvait un coup avec chacun, ses dernière coupes étaient chaloupées, j’ai vu des shampoings à la bière et des parties de cartes aluette la vache... inracontables !

Jean Richard
marin-pêcheur de Séné en retraite




Illustration Bruno Le Floc'h

À propos de Lancelot, fils de salaud :

Quand même, Gérard, il est grand temps que je donne suite à ma lecture de "l'Arbre aux chimères". Te dire que je l'ai autant aimé que le premier volume et que... j'attends la suite. Aimé le style (ton style, en fait qui doit beaucoup à la langue britto-française contemporaine). Et puis, coup de maître, tu m'intéresses à l'histoire distillée juste pour les besoins du roman mais qui laisse "en bouche" un raccourci de l'histoire de Bretagne. Quant à Madagascar, c'est une découverte d'un Madagascar non touristique même si...
Bref, je ne t'en dirai pas plus car j'ai l'intention de te cuisiner lors du salon de Carhaix. Et je ne tiens pas à ce que tu prépares tout à l'avance !! Sais-tu quand Coop Breizh sort le 3è volume ?

Annaig Renault
écrivain


Cher Gérard,
Heureusement que nous n'avons pas fait plus ample connaissance ! Car nous avons trop de points communs, et tu sais l'appropriation et/ou le partage des territoires… et surtout ceux de l'esprit provoquent souvent des luttes infestines. Cela, à mon habitude est une intro, presque agressive, mais je voulais te dire que je viens de sortir indemne et heureux des pages ton livre et de la "fugue" en escargot mineur. Pour tout te dire, j'ai commencé le livre et ne l'ai pas lâché jusqu'à le finir, j'ai limacé avec bonheur à l'ombre de tes lignes, délaissant avec honte et culpabilité mon travail. J'ai retrouvé : un monde marocain réel et juste, mes fantasmes non avoués coloniaux, et l'ombre d'Agoun Chich qui a plus que mon estime et qui flirte avec une rose des sables, Zahra, moins sexy et moins docile et plus vénale que Ram. Dans tes remerciements, à la fin, il y a des personnes que je situe et apprécie, et d'autres que j'aimerais rencontrer. Toutes ces lignes raisonnent et font écho dans mon esprit pas structuré du tout. (De plus j'ai toujours affirmé que les Marocains et les Portugais étaient les bretons de la méditerrannée). Agadir j'y fus, à cinq ans j'ai fait mon premier vol plané à travers la fenêtre du rez-de-chaussée pour m'étaler sur le minuscule carré de kikouyou du jardin après la fatale secousse de 23 h 45 ce 29 février. La description des secours et des drames, je les aies entendues plus que souvent par ma mère Aïcha, à l'époque infirmière à l'hôpital (Lyautey ?). Qui a secouru les rescapés, elle aussi. D'ailleurs, je serais content d'en parler avec les sources de ton livre, ceux qui ont vécu et raconté le tremblement, connaissaient-ils peut-être ma mère ? Qui sait ?
J'ai d'autres choses à échanger, je voulais te dire, déjà, un tout simple merci, et je reconnais très volontiers la justesse et la beauté des propos de ton livre. Merci. Et Inch' Allah, (bien sûr), à bientôt (peut-être) ?????!!!! Bien à TOI.

Joseph Marando
photographe


(...) Sinon, ceux, nombreux, qui ont assisté à la soirée avec Gérard ALLE et Marcel JOUANNAUD ont, je crois, passé un bon moment avec ce vin des rebelles, troisième volet de Lancelot fils de salaud... j'ai fini de le lire... c'est bien... c'est marrant comme on s'y retrouve dans ce groupe de gens qui refusent ce qu'on veut nous imposer... à lire... ça file plein d'idées sympas sur ce qui pourrait être fait!

Marc Ledret
librairie-café L’Autre Rive, à Berrien, novembre 2009



J'ai lu tes trois Lancelot, en commençant par le dernier, et j'ai la ferme intention de les relire dans le bon ordre, après avoir laissé décanter un peu. Passionnant, un sacré boulot. J'y ai trouvé beaucoup de choses qui me tiennent à cœur, notamment et entre autres, les chansons du Barzaz, et les références à Déguignet et aux républiques des voleurs de chevaux. J'aime en particulier le troisième volume, pour son côté quelque peu science-fiction, et anar, communautaire… En fait, tu parles d’anarchisme sans jamais en dire le mot, et c’est bien la meilleure façon d’en parler. C'est vraiment fini ? Il y a un je ne sais quoi là-dedans qui m'a fait attendre une suite, ou une série. Qu'est devenu le stock de pinard ?! J'ai aimé ta manière de déplacer la caméra en passant de la troisième à la première personne, très bel effet, ça met le lecteur à la fois dans l’action et en dehors. Bref, de la belle ouvrage. Si ton éditeur est un bon éditeur, il devrait pouvoir vendre tout ça à un pays étranger – notamment la France. Pour tes patates kraz -ou krign ou krich'nn-, un indice, que tu dois déjà savoir : il suffit pas de la recette ni des ingrédients... la cocotte à toute son importance et, comme une bonne pipe, elle doit être bien culottée.

Philippe Marlu
chansonneur




À propos des Papys féroces :

Désolée si je t'ai parue longue à la réaction, mais j'ai enfin lu Momo… c'est sûr que connaissant notre Thérèse d'amour, ça renforce l'identification. Mais ça brouille bien les pistes aussi, car, au final, je ne sais plus où se trouve le réel de la fiction ; chouette. Tu vas bien ? De mon côté, un peu débordée, comme souvent, remarque, mais j'ai la patate. À plus, kisses.

Lalie Walker
écrivain


Bonjour Gérard,
Je l'ai fini ce fameux petit bouquin, le privilégiant au fameux pâté... Si Lucien m'a écroulée de rire, Maurice m'a fait pleurer et Monique m'a boostée (?), donné un fichu coup de pied au cul (?), m'a enchantée. Vous avez de la chance d'avoir rencontré Thérèse... Ce fut un très joli moment.
Dommage que pour ce type de papier les lignes me soient comptées. A très bientôt avec plaisir.

Martine Troadec
journaliste


Salut Gérard,
Juste un p'tit mail pour te dire que je suis en train de lire "les papys féroces" ( j'en suis à la fin de la deuxième nouvelle) et que j'aime vraiment bien l'univers, l'ambiance et aussi l'écriture...
Si un jour tu as besoin de quelques illus, n'hésite pas...
Ce fut un plaisir de te rencontrer et de finir la bouteille de Chouchen que nous avons ramenée à Liège ! Bon, je suppose qu'on se reverra au Goeland masqué.
À bientôt, t'as le bonjour de Stella et Jules.

Jampur Fraize
dessinateur de BD


















À propos du site :

"Bonjour Gérard. Quelle jolie surprise de découvrir ton site très bien ficelé contenant comme contenu; la mise en page est vraiment réussie et donne envie de le visiter à fond. Et tu as eu la délicatesse de nous mettre en lien, merci, je n'aurai pas de mal à te faire apparaître sur les nôtres à la prochaine mise à jour. Si je suis bien, votre voyage au Maroc était aussi source de doc et d'inspiration pour toi. J'espère que vous êtes revenus aussi enchantés que nous; je prévois de retourner au même endroit en novembre !? Je ne suis pas un grand lecteur (mis à part Siné-hebdo encore pour 4 semaines) mais les commentaires sur tes ouvrages et la curiosité de mieux te connaître vont me faire me déniaiser !
N'hésitez pas à faire signe quand vous serez dans la région.
Affectueusement à tous."
GBALG
Bidons Sans Frontières

 

"Ce site est un scandale. Pire, une honte. En Avant n'ayant pas pris de gamelle depuis plusieurs semaines, je considère tout cela comme de la désinformation coupable."
Jean-Michel Le Boulanger (historien)

 

"Demat Gérard, Chapeau, le site. J'aime beaucoup la musique de Marcel, les extraits littéraires et sonores, les rubriques, petites ou grandes, et les liens. C'est plus un site, c'est un univers où l'on te reconnaît à chaque clic (enfin, sur photo, ça dépend de l'état dans lequel tu as posé) sans pour autant que ça fasse autopromo. Alle ist gut !"
Florent Patron (éditeur)

 

"Fichtre Gérard ! Quel site ! J'en reste baba ! Gérard se gondole encore. Je rentre juste de la Boudeuse, en Guyane. Nous devrions être à ST Malo (étonnants voyageurs) sur un bateau gris de la Marine nationale... Vous nous manquez beaucoup! Quand on voit ton site, encore plus ! Il est magnifique, dis donc ! Vraiment il est for-mi-da-ble ! On vous embrasse bien tendrement tous les quatre."
Sophie Mousset et Gérard Chaliand (écrivains)

 

"Graet p'eus mat ober ur blog ! plijus eo ! degas a ra avel fresk ar frankiz en ur bed re konformist !"
Anna-Vari Chapalain (directrice Diwan Breizh)

 

"Tu as bien fait ! C'est chouette de te retrouver comme ça, et puis il y a du bon et du drôle sur ce site ! A bientôt, bises"
Perrine Le Querrec (écrivain)

 

"Après un coup d’œil rapide, mais un bon coup d’œil aussi, je le trouve génial ton site ! Très GG. Kisses"
Lalie Walker (écrivain)

 

"Gast, super pro."
Hervé Ronné (photographe)

 

"C'est super"
Rodolphe Rohart (CG 29)

 

"C'est tout vert comme un livre ouvert sur toi, tes racines et les prolongements heureux... Emouvant d'entendre la voix de Kriss... J'espère que tes héros franchiront la porte grande et verte pour se désaltérer à ton comptoir de mots... Bises"
Mary Le Lez (conteuse et tendre commère)

 

"Joli coup Baron ! effectivement, ça te ressemble... c'est bien foutu, ça donne envie de fouiller et de connaître. Opération réussie, quoi ! ça empêche pas que je suis d'accord avec toi et que les écrans, c'est bien, le réel c'est pas mal aussi... à bientôt pour un réel apéro, alors, pour en discuter en vrai !"
Isabel Tardieu (future libraire)

 

"Bravo pour cette présence très fraiche sur la toile au moment ou résistance prend tout son sens. Bravo pour le travail d'éveil populaire dans lequel tu es engagé comme quelques autres, malheureusement trop rares. Bravo pour ce combat que nous devons porter sur cet Etat autoritaire réclamé néanmoins par cette société qui ne reconnait plus son voisin, la différence. Ouvre les yeux camarade ! La beauté et la chaleur humaine est à côté de toi. Debout, debout toutes les forces vives pour lever la parole aussi haut que nécessaire à travers les peuples et continents afin que la conscience s'affine et dessine de nouvelles traces plus humaines afin de trouver la concorde universelle."
Dominique Riquier (agitateur social)

 

"Bonsoir Gérard, j'ai visité ton site avec un vrai plaisir. Et c'est la premiere fois qu'un site me fait cette impression : c'est comme si je recevais les nouvelles - comme par le téléphone : c'est pas mal non - d'un ami, pote, connaissance - que j'aime bien, bien sûr. Alors, plusieurs choses à te dire : j'ai lu ces derniers mois ta nouvelle publiée chez Autrement, dans Brest ancre noire si je ne me trompe pas. J'ai beaucoup aimé (je sors de table et j'ai bu pas mal de vin, donc je ne peux pas rentrer dans les détails)... En tout cas le mélange de "sang" et d'histoire de luttes sociales bretonnes gravées sur du super 8, cela m'a touché et plu. Sinon, je suis prêt à payer ma cotisation pour l'Association pour le renouveau du vin breton. En tant qu'observateur algérien, un peu parigo par la force des choses et heureux de l'être quand même (on pourra discuter pourquoi c'est comme ça, bien sûr)."
Mohammed Latreche (réalisateur)

 

"Super, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ça au p'ti' dej... Je restais sur "il faut butter les patates" (le seul livre que j'ai autant offert que "le Petit Prince""). Dans ce site entre autre, j'ai découvert un "compa" breizh au Mexique et ça m'a mis du baume au cœur. Le Gourven Ilies a l'air d'être une sacrée personne, je vais investiguer (comme on dit ici) ; j'aimerais bien le rencontrer, ça m'a donné envie. Une lecture verte, ici, à Zacatecas, au milieu du Mexique, c'est rarement vert, c'est jaune, c'est gris, furtivement vert quand il pleut. Mais le ciel est bleu, azul azul azul. Alors bleu, vert ; suffit de fermer les yeux et dire glaz et le tour est joué. Finalement, c'est comme on veut. Le désert a parfois des allures d'océans. Mais y a pas la mer... A bientôt peut être, je rentre au pays d'ici un mois. Un abrazo fuerte."
Sarah Goer (photographe à 360°)

 

"Un régal, maquette gourmande, plein de tapas alléchantes et bien pimentées... merci !"
Christine Durand (journaliste)

 

"C'est bôooooooooooooooooooooooooooooooo!!!!"
Laurence Ansquer (productrice de cinéma)

 

"Bravo Gégé il est très beau ce site, très fourni et simple à naviguer. Les musiques très top, à part un morceau hyper trash sur une des pages, les hauts parleurs de mon ordi étaient à fond, et j'ai failli tomber de ma chaise..."
Fred Prémel (producteur de cinéma)

 

"Salut Gérard. Longue vie à ton site ! Tu vas déjà recevoir la visite de la maréchaussée de Douarnenez... A bientôt à Lamballe"
Jean-Paul Jody (auteur)

 

"Mazette!! y a not'e Gégé qui pédale sur le wouebe maintenant... c'est bien mais je préfère quand même un coup de rouge en bas sur la terrasse, l'ordi c'est un peu sec !" Salvert Thierry (vidéaste)

 

"Salut Gérard, il est bien beau ton site !!!! On s'y sent bien, tout comme bien invité, très vite on s'y sent comme à la maison. Félicitations ! À tout bientôt."
Gaël Naizet, dit la Bobine (réalisateur)

 

"Salut Gérard, tu n'as rien compris au communiqué de la gendarmerie. Ce n'est que le programme du carnaval avec le détail des festivités et la liste des déguisements et accessoires nécessaires au bon déroulement de la fête. Ah, jeter de l'huile sur le feu et mettre les bœufs avant le chariot, c'est décidément tout un art. Bravo pour ton site, sobrement élégant et diablement instructif. Le double foyer et la moustache te vont à ravir..."
Jean-Luc Germain (journaliste)

 

"Je suis tout de suite allé me promener dessus dès le premier mail en avril, il m’a énormément plu et il me plaît toujours énormément. C’est d’ailleurs à ton site que je pensais quand je me suis permis de dire à Caroline que j’admirais beaucoup ton activité et tes passions (telles au moins qu’elles apparaissent sur le site, et aussi pour le peu que je te connais). En tout cas tu as eu tout à fait raison de le faire."
François Maspero (écrivain)

 

"Coucou Gérard, je n'ai pas pris le temps de te le dire, mais j'aime l'idée que tu aies enfin fait faire un site ! Et il me plait beaucoup : on y sent bien ta personnalité (le concepteur est doué, ma foi !), et les infos que l'on y trouve satisfont ma curiosité quant à l'auteur et au journaliste dont j'apprécie la plume, le courage, les convictions et la ténacité !! Avec un peu de chance, on recevra de temps à autre des infos sur ton actualité ?"
Marie Tréanton (administratrice de production)

 

"Et ben y en a qui n'ont vraiment que ça à faire d'aller sur internet gaspiller du temps (qu'est de l'argent ) !!! Plus sérieusement, beau site, sympa et convivial, plein de surprises et de découvertes. J'y retournerai régulièrement. Bravo. Et merci."
Philippe Revert de Calan (organisateur de spectacles)

 

"Et puis il y a le foot, et puis il y a les vieux les jeunes qui s'unissent, et puis il y a le no futur, et puis il y a les grèves la rue, et puis il y a le fric puant et puis il y a que je ne peux plus rêver et puis il y a que je ne trouve plus le sommeil à peine une courte sieste. Et puis il n'y a plus de culture, quant à la poésie alors là c'est le marais total. Gérard heureusement que tu es là comme une bouée de sauvetage."
Jean-Albert Guénégan (poetpoet)

 

"Super idée de m'avoir envoyé ce lien ! Une lecture rafraîchissante... Je vois que vous planchez sur les braquages? J'en ai subi 3, et je me suis toujours dit que ça m'avait intriguée, la façon dont le temps se distend, dont les clichés sont balayés... Si ça peut t'intéresser, juste pour des petits détails craquants et qui ne s'inventent pas, comme dans tes reportages, je peux te raconter deux ou trois trucs vraiment marrants qui peuvent nourrir une scène, qui sait ? En toute amitié !"
Hélène Lee (cinéaste rasta)

 

"Monsieur, j'ai bien lu votre suggestion de rendre la Suisse aux Gitans et m'interroge sur ce choix, car né en Helvétie, habitant aujourd'hui Monaco et travaillant à Luxembourg, je nous sens exclus du repartage que vous suggérez. Cela étant dit, j'apprécie votre site comme la auteur de votre point de vue, ce qui pour un helvète compte beaucoup."
Eric Prémel (directeur de festival)

 

"Foisonnant, vertigineux, cultivant ! Craquante la photo dans l'Herbe. Toujours impressionnant de voir ce qu'un homme peut faire, bien entouré, s'il s'en donne les moyens et ose écrire et gueuler que les choses peuvent changer et changent aussi grâce à d'autres comme lui. Tu pourrais rajouter à ton C.V. explorateur des humains. J'ai hâte d'aller boire un verre à Plozévet, ça donne envie. Longue et belle route à toi, nous en avons besoin. Bises"
Sylvie Contant (comédienne)

 

"Bin didon, quel site !!! Pendant qu'il y a des tanches qui cultivent encore leur blog "mod koz" (si tu vois ce que je veux dire), y en a d'autres qui nous sortent cette vraie merveille, formidablement ficelée, agréable à la balade comme à la lecture. Merci Gérard, ça c'est du taf !"
Alain Goutal (dessinateur)

 

"Un petit coucou de Brest... J'ai fait un tour sur ton site... c'est impressionnant ce que tu produis ! Chapeau (rond - bien sûr)... J'ai beaucoup aimé ton papier saignant sur Onfray - que j'ai transmis à mes amis caennais (avec ta signature, of course) pour que ça se diffuse... Au fait, je me demande à l'instant si je n'ai pas fait une connerie et si tu souhaitais que ce soit divulgué... vu que c'est au rayon des inédits. Tant pis, c'est fait... Excuse-moi. A bientôt"
Yves Leroy (directeur de théâtre)

 

"J'ai chouf ton site ! Il est sipére !! il est drôle, intelligent, impertinent, bon pour les résistants ! mieux qu'un convecteur nucléaire ! la chaleur humaine, toi ! gerard tu sais y faire ! Je pense a vous, et grâce aux livres de Gérard, je peux me rappeler que là-bas au pays des pirates, y a des gens avec un coeur comme ça !! Bravo et merci."
Mokhtar El Mokhtari (chanteur)

 








GÉRARD ALLE, le site : Pages optimisées pour 1024 x 768, pour Internet Exporer. Merci de signaler toute anomalie sur les autres navigateurs directement à la gendarmerie de Douarnenez. Merci aux photographes, aux illustrateurs, aux musiciens et aux éditeurs. Réalisé à l’ancienne par Philippe Marlu en février-mars-avril 2010, et complété chaque saison depuis. Merci à Joris Munier, Groucho Marx, Guy l’Éclair, Croquignole, Filochard & Mohamed. Typographie des titrailles : Mézigue Pâteux. Photographies sans mention : collection personnelle de l’auteur (1,85 m). Mise en scène : Jean-Maï Tins & Jean-Maï Touz. Production : Steven Spielberg. INTERDIT AUX ROBOTS.
©2010-2011-2012-2013-2014-2015 Gérard Alle et les éditeurs.